Logo Neuropédagogie.com

Inscription gratuite

Rejoignez la communauté pour profiter du réseau social, des blogs et des cours en ligne.

Je m'inscris maintenant

La Gestion Mentale 

Né en 1920, Antoine de la Garanderie est un pédagogue de grande renommée, fondateur de la Gestion Mentale. Docteur en philosophie, il est également professeur certifié en biologie animale et en biologie végétale.

Il a enseigné la philosophie et la culture générale en lycée comme en prépa avant de devenir Maître de Conférences à l'Institut Catholique de Paris, à l'Université Catholique de l'Ouest et à l'Université de Lyon II.

Confronté pendant sa jeunesse à des problèmes scolaires en raison d'une surdité partielle, Antoine de la Garanderie a découvert que la réussite scolaire était liée à de bonnes habitudes plus qu'à l'absence d'aptitude.

Héritier des philosophes et psychologues de l'introspection, Antoine de la Garanderie a fondé sa pédagogie sur l'observation des processus mentaux de plus de 1000 élèves qu'il a interrogés longuement. Il s'est intéressé aux bons élèves comme aux élèves en difficulté, mais également aux sportifs de haut niveau.

La Gestion Mentale connut son apogée dans les années 90 puis perdit de son aura, critiquée par quelques psychologues cognitivistes qui lui reprochèrent un manque de rigueur, et qui, suite à une expérimentation menée au sein de l'Education Nationale, concluèrent à son absence d'efficacité.

Seulement, en tant que psychologie et philosophie de l'introspection, la Gestion Mentale ne peut s'évaluer avec les instruments des psychologues qui recherchent une performance observable, quand cette performance observable est elle-même évaluée avec des outils, modèles heuristiques et méthodes en constante évolution, par définition toujours imparfaits.

L'objectif de cette série de cours est de présenter la Gestion Mentale en toute objectivité, en évitant de tomber dans l'admiration béate aussi bien que la critique acerbe et infondée.

Le geste de réflexion en Gestion Mentale

Le geste de compréhension consiste à évoquer dans son univers mental le passé (les données que l'on connaît déjà) avec le présent afin de les assimiler à son stock de connaissances. Le geste de réflexion est quelque peu différent dans le sens où on fléchit (d'où la flexion) les données à traiter par un retour (d'où le ré) de la règle, loi, théorie, théorème.

Je vous conseille, chers amis lecteurs, de lire les textes suivants dans l'ordre, avant de poursuivre l'exploration de ce texte :

  1. Introduction aux cinq gestes mentaux
  2. Introduction à la Gestion Mentale
  3. Evocation : de l'éveil des sens à l'éveil aux sens
  4. Exercices d'évocations
  5. Le geste d'attention
  6. Le geste de mémorisation
  7. Le geste de compréhension 

Lire la suite : Le geste de réflexion en Gestion Mentale

L'imagination créatrice en Gestion Mentale

Le geste d'imagination créatrice, impliqué dans la créativité, est le cinquième et dernier geste mental étudié par la Gestion Mentale. Il est indispensable, et mériterait un développement théorique plus conséquent en raison de son utilité pour la psychologie de la créativité dont le professeur Todd Lubart est en France l'un des plus éminents représentants.

Indispensable parce que la créativité est le moteur du développement économique, culturel et social. Indispensable parce que la créativité permet de trouver des solutions inédites à des problèmes inédits. Indispensable parce que le monde se transforme rapidement, la quantité de données à assimiler croît à vitesse géométrique et l'avenir paraît de moins en moins linéaire en raison des bouleversements écologiques, économiques, sociaux (etc.) dans un système d'échanges globalisés.

Sur le plan scolaire et universitaire, le geste d'imagination créatrice est celui qui va permettre de résoudre les problèmes liés au déficit d'imagination que l'on peut rencontrer dans les productions écrites en rédaction ou dissertation, mais aussi dans la réponse aux énoncés inédits. Combien d'élèves studieux n'ont-ils pas « séché » devant un énoncé qui ne demandait rien d'autre que d'appliquer des leçons étudiées ?

Si vous n'avez pas lu les précédents articles sur la Gestion Mentale, je vous conseille de le faire, dans l'ordre suivant, pour en avoir une idée plus précise:

  1. La bibliographie
  2. Introduction aux cinq gestes mentaux
  3. Introduction à la Gestion Mentale
  4. Evocation : de l'éveil des sens à l'éveil au sens
  5. Exercices d'évocation
  6. Le geste d'attention
  7. Le geste de mémorisation
  8. Le geste de compréhension
  9. Le geste de réflexion 

Lire la suite : L'imagination créatrice en Gestion Mentale

Le profilage pédagogique en Gestion Mentale

Cela fait longtemps que je pratique la Gestion Mentale en direction d'un public varié, pourtant le profilage demeure toujours un exercice fort difficile. Il faut à chaque fois se remettre en question et réviser ses théories, être à l'écoute du profilé et traiter de nombreuses données. Il faut également oser répondre « je ne sais pas », « je ne suis pas certain » plutôt que de donner un mauvais diagnostic. Un diagnostic qui sera toujours insuffisant et partiellement erroné. Même les tests psychométriques, comme la mesure du QI, relèvent plus de la divination que de la certitude, malgré leur protocole rigoureux, quasi-scientifique. Effectivement, les tests sont séquentiels, sériels, quand le cerveau fonctionne certes en série mais surtout en parallèle. On ne mesure donc pas l'intelligence, dont la définition n'est d'ailleurs pas claire. D'autre part, le cerveau évolue, apprend et se reconfigure en permanence en fonction des activités que l'on pratique. Le cerveau est plastique. Il n'y a donc pas de mauvais profil, et celui-ci n'est jamais fixe ; il n'est que mouvement, complexité, unicité. Même les vrais jumeaux ont un cerveau unique. Retenons enfin que tout test mesure avant tout la capacité à passer le test.

Mais si chaque personne est effectivement unique et peut progresser, se transformer, chacune s'inscrit dans des modèles comportementaux et cognitifs que l'on peut plus ou moins bien identifier. Cela offre à l'individu l'opportunité de mieux se connaître, donc de mieux maîtriser et piloter son évolution, l'acquisition de nouvelles compétences. D'autre part, le profilage permet de faire prendre conscience de la diversité des stratégies et processus mentaux, donc d'être plus pédagogue, plus ouvert, de mieux communiquer. Enfin, le profilage a pour avantage de réunir les individus dans des groupes, donc de proposer des solutions certes globales, générales et imparfaites, mais qui n'existeraient pas parce qu'elles ne seraient pas économiquement rentables. Malgré ses innombrables défauts, le profilage est utile quand on le prend pour point de départ d'un travail, pas comme finalité.

Lire la suite : Le profilage pédagogique en Gestion Mentale

Critique de la gestion mentale

La Gestion Mentale connut son heure de gloire dans les années 80-90, suscitant chez les enseignants, apprenants et parents une attente légitime, néanmoins démesurée. Mais qui n'a pas cherché le Graal ?

Après de nombreuses critiques, plus ou moins justifiées, cette discipline est tombée dans l'oubli, aussitôt remplacée par d'autres approches.

L'objet du présent article - le dernier sur la Gestion Mentale - est de proposer une critique constructive. S'il est facile de brûler ce que l'on a encensé, il est plus difficile d'aller à sa source, de l'expurger de toutes les approximations, d'employer les intuitions qu'eut monsieur de la Garanderie, et de les intégrer aux savoirs actuels. Le Graal est un mythe, mais c'est ce mythe qui donne du sens à la vie et rend possible un futur.

Lire la suite : Critique de la gestion mentale