Logo Neuropédagogie.com

Inscription gratuite

Rejoignez la communauté pour profiter du réseau social, des blogs et des cours en ligne.

Je m'inscris maintenant

Apprendre est une compétence essentielle qui regroupe des actes cognitifs aussi divers qu'être attentif, comprendre, réfléchir, mémoriser et être créatif. Cela n'est malheureusement pas assez enseigné dans les établissements scolaires et universitaires.

C'est pour répondre à un double défi – faire de moi un bon apprenant et me préparer à un futur marché du travail en mutation perpétuelle qui demandera souplesse et réactivité – que je peux suivre la formation « apprendre à apprendre avec la neuropédagogie, niveau 1». Une formation sans cesse renouvelée qui épouse au plus près les découvertes en neuropédagogie (discipline émergente, synthèse de pédagogie, psychologie et neurosciences). C’est une formation que l’on ne suit qu’une fois dans sa vie mais qui peut transformer l’apprenant ordinaire en bon apprenant et le bon apprenant en très bon apprenant si celui-ci applique ce qu’il apprend. Naturellement, chaque point abordé dans cette formation peut être approfondi dans d’autres formations pour en magnifier l’efficacité.

A qui s’adresse cette formation ? A toute personne de plus de 13 ans. Il n’y a aucun autre prérequis. Apprenants, parents, enseignants et toute personne qui souhaite se développer sont les bienvenus.

Combien de temps dure la formation ? 5 heures.

A quel prix ? 99€ soit moins de 20€/h. Rien n’interdit de partager son ordinateur, sa tablette et son smartphone avec une autre personne. Cette formation est distancielle, il faut disposer d'un poste de travail, d'un casque ou d'une enceinte, d'un micro et d'une bonne connexion Internet.

Quand se déroulera la formation ? La prochaine session aura lieu pendant les vacances de la Toussaint, du 23 au 27 octobre 2017, de 17h à 18h (heure de Paris).

Comment puis-je m’inscrire ? J’envoie au plus tôt un courriel pour manifester mon intérêt. Les places étant limitées, il se peut que mon inscription soit refusée. Si elle est acceptée, une facture me sera envoyée par Paypal à mon adresse courriel. Je n'aurai qu'à la régler par carte bancaire ou par le biais de mon compte Paypal, ce, au moins 10 jours avant le premier cours. Le service Paypal permet de payer avec sa carte bancaire, en toute sécurité. Un identifiant me sera envoyé pour que je puisse assister à la formation. Outre cas de force majeure, mon paiement ne me sera remboursé que si mon professeur n’a pas pu me dispenser le cours. Dans ce cas, le remboursement se fera au prorata des heures non dispensées.

Qui dispense la formation ? Pascal Roulois, le fondateur du site neuropedagogie.com. Un mini-CV et des références sont accessibles lorsqu'on envoie un courriel.

 

LE PROGRAMME

 Cette formation est divisée en 9 parties cohérentes.

1. Qu’est-ce qu’apprendre ?

Un ouvrier qui travaille avec des outils inappropriés, c’est-à-dire qui ne sont pas définis pour la tâche à accomplir, ne sera pas plus efficace que l'apprenant qui n'a pas de définition claire de ce qu'est apprendre. Or peu d'apprenants possèdent une définition claire et objective de l'acte d'apprendre. Pour certains, apprendre c'est mémoriser ; pour d'autres c'est réfléchir ; pour les derniers, c'est résoudre des exercices. Quand l'acte d'apprendre n'est pas correctement défini, l'apprenant met en place une stratégie d'apprentissage qui n'est pas toujours adaptée, et qui conduit à des résultats insatisfaisants. Définir précisément l'acte d'apprendre permet par la suite d'adopter une stratégie d'apprentissage adéquate et augmente corollairement la motivation intrinsèque parce que l'apprenant a le sentiment de contrôler davantage son environnement.
Également, je verrai à travers des histoires d’apprenants singuliers que tout le monde peut apprendre. Ces histoires me permettront de lever le doute quant à mes capacités. En effet, je suis capable d’apprendre aussi bien que n’importe qui, même si j’éprouve de grande difficultés.


2. Organiser les bonnes conditions pour apprendre

Une fois l’acte d’apprendre bien défini. Une fois que je sais précisément ce qu’est apprendre, il me faut organiser de bonnes conditions pour apprendre. Apprendre est moins une affaire de technique que d’attitude.

Je verrai donc en quoi les éléments suivants sont importants pour mon apprentissage, mais aussi comment les gérer au mieux, par des conseils et techniques appropriées : stress, sommeil, qualité de l’air, alimentation, activité physique, chronobiologie, écrans, organiser son temps et son espace.

 

3. Les émotions

Que sont les émotions ? Un cocktail de neurotransmetteurs. Les émotions exercent une importance fondamentale dans les apprentissages, largement sous-évaluée. Les émotions gouvernent mon comportement, agissent sur la qualité de ma mémoire (de l’encodage au rappel des souvenirs), constituent un signal qui m’alerte sur la présence d’un stimulus hors norme. Les arguments eux-mêmes semblent n’exister que pour donner une forme logique à mes émotions et assurer mon intégrité.

Je verrai donc comment reconnaître mes émotions, les interpréter et adopter un comportement adéquat. Je verrai aussi ce qu’il faut faire pour les gérer et les utiliser afin d’améliorer mes facultés de mémorisation.

 

4. La motivation

La motivation, intimement liée aux émotions, est très étudiée, et demeure pourtant éminemment complexe.
En matière de motivation, il existe des règles générales, mais aussi des inclinations individuelles qu'il faut découvrir.
Après m’avoir brièvement rappelé les mécanismes neurobiologiques de la motivation, je découvrirai comment l’initier, la développer et l’entretenir. A cet égard, on me donnera des conseils et techniques purement pratiques.

 

5. La perception et l’attention

Avant de comprendre, réfléchir et mémoriser, il faut percevoir correctement l’information. Or, contrairement à ce que je crois, la perception n’est pas un phénomène passif.

Combien d’erreurs, appelées d’inattention, sont commises, à la fois lors du prélèvement de l’information (lire son cours ou un énoncé d’exercice par exemple), mais aussi lors de la production d’information (lorsque je résous un exercice ou lorsque j’écris un énoncé).

La perception est naturellement liée à la qualité de mes sens, mais aussi à mon stock culturel (tout ce que j’ai appris), à mes émotions et, sans que ce soit exhaustif, à l’attention.

Or les facultés attentionnelles sont très limitées, je le découvrirai à travers quelques expériences scientifiques auxquelles je participerai.

Je verrai aussi quelques techniques afin de maintenir mon attention plus longtemps, et améliorer ainsi ma productivité et la précision de mon travail.

 

6. Comment prélever l’information correctement ?

La perception et l’attention prédisposent à ma capacité à prélever correctement une information. Cette capacité n’est pas naturelle, elle s’apprend de manière implicite mais aussi explicite.

On m’enseignera donc quelques techniques qui me permettront de prélever correctement l’information, ce qui me permettra de mieux poser les problèmes auxquels je suis confronté, lors de la résolution d’exercices dans toutes les matières.

Le grand psychologue Steven Pinker a déclaré que l’immense majorité des erreurs n’étaient pas dues à un raisonnement défaillant mais à un problème mal posé. Savoir prélever correctement l’information offre l’opportunité d’éviter quelques erreurs d’interprétation.

 

7. Comment comprendre l’information

Savoir prélever correctement une information permet d’éviter quelques erreurs, ce qui est également le cas lorsqu’on la comprend.

Pourquoi je ne comprends pas une information et comment résoudre ce problème ? C’est ce qu’on m’enseignera.

 

8. Comment transformer une information en connaissance

Il s’agit d’un point particulièrement fondamental du programme, voici pourquoi. Information, connaissance et savoir renvoient au contenu à apprendre. Mais ces mots ne sont pas synonymes, ils sont même très différents, et c'est sans doute l'un des éléments qui distingue l'apprenant ordinaire du bon apprenant. La soustraction est une information lorsqu'on fait 10-3 = 7. On peut avoir mémorisé ce calcul et l’effectuer sans en comprendre le sens, donc sans connaître la soustraction, les zones cérébrales dévolues au sens et au calcul ne sont pas les mêmes. En revanche, la soustraction prend sens lorsqu'on paie un commerçant avec un billet de 10 euros et que celui-ci nous rend 7 euros de monnaie ou lorsqu’on me propose une autre soustraction, comme 8-3=5. Il existe par conséquent une différence fondamentale entre l'information et la connaissance, qui entraîne une différence majeure dans le degré d'expertise selon l'échelle des frères Dreyfus. Comme cette différence entre information et connaissance n’est pas intégrée dans les enseignements, je peux éprouver toutes les difficultés à utiliser ce que j’apprends dans mon établissement pour résoudre des problèmes de la vie quotidienne. Je ne fais pas forcément le lien, il n’y a pas de transfert. Ainsi, si j’apprends la méthodologie du commentaire de texte en cours de français je ne saurai pas analyser une note de service ni repérer les articles de journaux qui laissent deviner la position du journaliste par rapport à ce qu’il énonce (les modalisations) et les articles parfaitement objectifs. De même, si j’apprends « la règle de trois », je serai bien en peine de l’utiliser pour résoudre une situation concrète. Je connais la règle, je sais comment l’utiliser, mais je ne sais pas détecter les situations où il faut l’utiliser. C’est comme si deux mondes cohabitaient, le monde de l’école – théorique, théorétique et propositionnel – et notre quotidien. Et cela explique en partie l’échec des élèves à résoudre les items PISA qui s’appuient sur des situations concrètes. Pascal Roulois a établi une synthèse unique d’une dizaine de démarches à effectuer pour transformer une information en connaissance.


9. Comment mémoriser une information

Il n’y a pas d’apprentissage sans mémorisation, ni mémorisation sans apprentissage ; les deux processus sont intimement liés.

A travers quelques expériences scientifiques, je découvrirai comment fonctionnent les mémoires ; il en existe en effet différents types.

Également, j’apprendrai à utiliser au mieux mes mémoires grâce aux moyens mnémotechniques, mais aussi à des stratégies efficaces.

 

 

Partager sur DeliciousPartager sur DiggPartager sur FacebookPartager sur Google PlusPartager sur StumbleuponPartager sur TechnoratiPartager sur TwitterPartager sur LinkedIn

Commentaires (0)

There are no comments posted here yet

Ajouter vos commentaires

Posting comment as a guest. Sign up or login to your account.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location