Logo Neuropédagogie.com

La conjugaison en français

Le présent de l'indicatif

Comme tout temps simple, le présent de l’indicatif incarne un aspect non accompli ; le fait est en train de se réaliser, entre une partie qui est déjà terminée et une autre qui est à venir. Ce n’est pas un temps qui s’apprécie globalement, donc il reflète aussi un aspect sécant.  

Le présent est le temps du discours par excellence – même s’il peut être aussi un temps du récit avec le présent de narration -, où coïncident le moment du procès et le moment de l’énonciation.

Prérequis : Le sens de la conjugaison (pour comprendre certains concepts, comme la notion de "procès")

Lire la suite : Le présent de l'indicatif

L'imparfait de l'indicatif

Comme pour le présent, l'imparfait présente à la fois un aspect non accompli et sécant. En effet, l'imparfait trahit le déroulement du procès, étape par étape, sans proposer de début ni de fin.

L'imparfait est un temps qui place le procès dans le passé de l'énonciateur. Le moment du procès est donc antérieur au moment de l'énonciation.

Prérequis : Le sens de la conjugaison (pour comprendre certains concepts comme la notion de "procès")

Lire la suite : L'imparfait de l'indicatif

Le passé simple de l'indicatif

Le passé simple permet, comme l'imparfait, d'énoncer un procès qui appartient au passé. En revanche, il présente un aspect global, c'est-à-dire dont on connaît les bornes initiales et finales, mais aussi le développement. Le passé simple s'emploie surtout dans les récits littéraires.

Prérequis : Le sens de la conjugaison (pour comprendre certains concepts, comme la notion de procès)

 

Lire la suite : Le passé simple de l'indicatif